Journal dans le TGV

Le bulletin

Publicités

Mes notes sont entrées…

…même si je trouve que ça ne vaut rien et que la fin d’étape, avec cette obligation d’entrer des notes, nuit aux élèves. 

Les deux dernières semaines, j’ai senti les élèves épuisés. Les nombreux examens (obligatoires?) pour entrer des chiffres sur un bulletin les ont rendus en surcharge cognitive dans un moment (fin de l’hiver) où ils sont déjà fatigués par le rythme qui leur est imposé. La proportion d’élèves qui pleurent, qui se battent, qui se crient après a augmenté. Mes élèves fragiles ont craqué. 

Alors que chaque enseignant est en mesure d’émettre un jugement professionnel global sur chacune des compétences des élèves, les pratiques en matière d’évaluation changent peu. Pourquoi? Pour écrire une note qui, au final, ne dit rien des notions ou compétences acquises par l’élève, de ses forces, des défis qu’il doit se donner et des stratégies qui pourraient lui servir. (Pour de vrai, un 70% en math, ça vous renseigne sur quoi?) 

L’évaluation devrait servir de base à une rétroaction, au moment où l’élève en a besoin. Elle ne devrait pas être utilisée pour calculer des moyennes qui ne tiennent pas compte des rythmes d’apprentissage de chaque élève. 

Que puis-je faire avec le bulletin de mes propres enfants? Wow! mon grand, tu es meilleur que les autres si je regarde la moyenne. Oh! Tu es donc bien pourri dans cette matière par rapport aux autres élèves de ta classe. Je n’y vois aucune trace des stratégies gagnantes qu’il a mis en place pour réussir, ni des informations ou stratégies qui lui manque pour se développer… 

J’ai mis une note. J’ai personnellement émis un jugement global professionnel à mes élèves. Mais cette note que l’on m’oblige à entrer, elle ne vaut rien sans la rétroaction 1:1 que j’ai débuté avec eux. Malheureusement, je n’ai pas encore trouvé le moyen de faire parvenir cette rétroaction aux parents. Elle prend la forme d’une discussion où ils me font aussi part de leur point de vue sur leurs apprentissages et le bruit de mes élèves en action autour ne me permet pas d’enregistrer. 

Mes élèves, durant les prochains cours auront une idée de leurs forces, de leurs stratégies gagnantes et pourront axer leurs efforts sur les défis que je déterminerai avec eux, avec en tête de nouvelles stratégies que leur aurai proposé. J’ai vu des prises de conscience se faire lors de ces rétroactions, des élèves découvrir qu’ils ont les capacités de se développer (#growthmindset), que leur manque d’organisation par exemple n’empêche pas d’être quelqu’un de créatif. 

Posons-nous la question: à qui, à quoi servent les bulletins chiffrés? Certainement pas à nos élèves… 

Ps: J’ai fait une erreur maintenant corrigée. Discussion, pas discution. Pourquoi fais-je toujours cette erreur? J’ai cherché et j’ai trouvé une réponse. ‪http://alorthographe.unblog.fr/2011/04/15/discussion-ou-discution/ ‬ « L’erreur est courante de vouloir y mettre un T, probablement en raison du verbe lié, à savoir ‘discuter‘ avec un T. On écrit aussi un ‘discuteur‘ pour désigner une personne qui aime les discussions ou qui contredit tout. »  #apprenanteavie 😉

Publicités